Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG
Loading
Pour consulter notre catalogue des publications et commander rapidement vos ouvrages cliquez sur la rubrique LIBRAIRIE

Gendarmeries étrangères


Choisissez le pays souhaité : (cette recherche n'est pas branchée)


Gendarmerie turque

Après l’abolition du corps des janissaires de l’Empire ottoman en 1826, les organisations militaires appelées Asakir-i-i Muntazâma Mansure, Asakir-i-i Muntazâma Hassa, et, en 1834, Asakir-i Redîfe sont mises en place pour assurer la sécurité et l’ordre public en Anatolie et dans certaines provinces de la Roumélie. Le terme de gendarmerie apparaît dans les décrets d’attribution publiés dans les années qui suivent la déclaration de Tanzimat en 1839. Après la Seconde Guerre russo-turque (1877-1878), le Premier ministre Mehmed Saïd Pacha fait venir des officiers français et britanniques pour moderniser les forces de l’ordre. En 1879, la gendarmerie turque reçoit son appellation actuelle de Jandarma. En 1908, après la révolution des Jeunes Turcs, le corps poursuit sa modernisation. En 1909, le corps est rattaché au ministère de la Guerre et prend le nom de commandement général de la gendarmerie (Umum Jandarma Kumandanlığı). Durant la Première Guerre mondiale, la Jandarma qui continue d’assurer la sécurité intérieure, est engagée sur tous les fronts.

La loi n° 1706 du 10 juin 1930 fixe le statut juridique actuel de la Jandarma, son organisation et affirme sa militarité. En 1956, la loi n° 6815 étend son domaine d’action à la protection des frontières, des côtes et des eaux territoriales et à la lutte contre la contrebande. En 1968, la première unité de gendarmerie aérienne est créée à Diyarbakir. En 1974, des éléments de cette formation aérienne et de la gendarmerie mobile participent à l’invasion de Chypre. La loi n° 2803 du 10 mars 1983 précise l’organisation de la gendarmerie turque, ses missions et de ses compétences (JO 17985 du 12/03/83, loi n° 2803). À partir de 1984, les unités de la Jandarma sont engagées dans la lutte contre les séparatistes kurdes. En 1993, un département de gendarmerie criminelle est créé à Ankara. Des laboratoires de police scientifiques sont installés à Van, en 1994, à Bursa, en 1998, et à Aydin, en 2005. En 1998, la Jandarma adhère à la FIEP. En 2001, cette institution compte 275 000 personnels. Actuellement, outre ses missions traditionnelles, la Jandarma participe à la lutte contre le terrorisme et au contrôle de ses frontières.

Retour en haut
Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG