Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG
Loading
Pour consulter notre catalogue des publications et commander rapidement vos ouvrages cliquez sur la rubrique LIBRAIRIE

Gendarmeries étrangères


Choisissez le pays souhaité : (cette recherche n'est pas branchée)


Gendarmerie nationale suisse

En Suisse, les missions de police sont décentralisées au niveau de chaque canton qui a un pouvoir souverain dans le cadre de la confédération. Le terme de « gendarmerie » est un héritage napoléonien conservé dans certains cantons romands. Le fait d’utiliser plutôt police que gendarmerie vient du bilinguisme très imprégné dans la culture suisse ; ainsi, les Suisses allemands n’utilisent que le mot « Polizei ». Les gendarmes suisses n’ont pas de statut militaire. En 2009, la gendarmerie a disparu dans le canton de Neuchâtel. Actuellement, il existe une gendarmerie dans les cantons de Fribourg, du Jura et de Vaud. Actuellement, la police est exercée par les cantons, qui agissent comme autant d’États souverains. La police cantonale dans les 4 cantons romands est généralement subdivisée en deux corps :

  • la gendarmerie, police en uniforme qui exerce les tâches de police-secours, de proximité et de prise de plaintes ;
  • la police de sûreté, inspecteurs en civil qui exercent la police judiciaire (moyenne et grande criminalité).

La gendarmerie de Fribourg
En 1804, un corps de gendarmerie à pied de 43 hommes est créé dans le canton de Fribourg. En 1920, le corps de la police de sûreté est créé à son tour. En 1972, l’obligation pour les gendarmes célibataires de dormir en caserne ou au poste est abolie. En 1982, un commandement unique, mis en place pour la police cantonale, est chargé de la direction de la gendarmerie et de la police de sûreté. En 1988, le premier employé civil est engagé comme chauffeur convoyeur. En 1990, la loi du 15 novembre sur la police cantonale prévoit que la « police cantonale, organisée selon des principes militaires, est formée de la gendarmerie et la police de sûreté ». En 1999, les premières femmes aspirantes gendarmes sont recrutées. En 2002, la gendarmerie est réorganisée en 3 Centres d’Intervention de la Gendarmerie (CIG) à Granges-Paccot, Domdidier et Vaulruz. En 2005, le nouvel uniforme romand est adopté. En 2012, le Major Philippe Allain prend ses fonctions de chef de la gendarmerie de Fribourg le 1er avril.

La gendarmerie du Jura
Réorganisée en 2015, la gendarmerie jurassienne est l’un des quatre secteurs de la police jurassienne qui comprend un « commandement », la « police judiciaire » et la « protection de la population et sécurité ».

La gendarmerie de Vaud
Le 19 février 1803, Bonaparte écrit l’Acte de médiation attribuant une nouvelle constitution à la confédération helvétique qui, tout en conservant son indépendance, subit l’influence française. La loi du 4 juin 1803 crée une compagnie de 100 gendarmes à pied, constituée principalement de Vaudois ayant combattu dans les armées napoléoniennes. En juin 1809, les effectifs sont portés à 150 hommes. En octobre 1926, les premiers conducteurs de chien sont recrutés. En 1930, les premières brigades de circulation sont créées. En décembre 1936, une gendarmerie à cheval est mise en place avant d’être supprimée en 1946. En octobre 1953, une brigade scolaire est instituée. La brigade du lac s’installe à Ouchy le 4 août 1962, tandis que la 1re brigade autoroutière est inaugurée le 27 mai 1963 sur l’axe Genève-Lausanne. En 1988, les groupes judiciaires font leur apparition. En 1998, les premières femmes gendarmes sont recrutées. Le 4 juin 2003, la gendarmerie vaudoise fête son bicentenaire. Le 1er juin 2006, le musée de la gendarmerie vaudoise ouvre ses portes.

Retour en haut
Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG