Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG
Pour consulter notre catalogue des publications et commander rapidement vos ouvrages cliquez sur la rubrique LIBRAIRIE

Articles et communications


Gendarmerie et résistance

Pendant l'Occupation, la gendarmerie a éprouvé, sans doute plus qu'à un autre moment de son histoire, la contradiction douloureuse entre légalité et légitimité, entre discipline et éthique. Un État autoritaire, inféodé à l'occupant, l'a entraînée dans une collaboration de fait aux conséquences tragiques.Au moment de la Libération et dans les années qui ont suivi, les critiques ont réduit le comportement du personnel à certains agissements intolérables.Pourtant, la gendarmerie eut aussi pendant cette période un autre visage. L'importance de ses pertes en atteste. En ce qui la concerne, la gendarmerie n'a pas cessé de commémorer le souvenir de ceux qui sont tombés dans le combat pour la liberté. Ce constat nous conduit à nous interroger sur l'importance de l'action résistante dans l'institution. Pour tenter de l'évaluer sur des bases objectives, on évoquera successivement les facteurs qui l'ont conditionnée et la physionomie qu'elle a revêtue.

Les conditions de l'action résistante

La frontière entre résistant et non-résistant n'est pas aisée à tracer. La définition de l'action résistante, référence fondamentale pour les distinguer, a un fondement légal. Ce dernier a évolué entre 1946 et 1993 d'où le foisonnement des textes. En quoi consiste-t-elle ? Dans son article 287, le Code des pensions militaires d'invalidité énumère les actes ou faits qualifiés de résistance à l'ennemi. On n'en dénombre pas moins de onze : fourniture de renseignements, participation à des parachutages, tentatives pour rejoindre les Forces françaises libres (FFL) ou les forces d'Afrique du Nord, etc. Le législateur a retenu trois critères pour déterminer la qualité de combattant de la résistance. Le premier fixe la durée de l'action à trois mois. Le deuxième précise la période (du 17 juin 1940 au 6 juin 1944) pendant laquelle cette action s'est déroulée. Le troisième impose l'appartenance à une formation homologuée.

Le dispositif adopté reconnaît également le statut de résistant à toute personne tuée ou blessée à l'occasion d'un acte qualifié de résistance, ainsi qu'à toute personne déportée ou exécutée pour fait de résistance.
En novembre 1944, pour tenir compte de la spécificité des missions incombant aux gendarmes et en vue d'établir un bilan sur les services rendus à la cause de la Libération, la direction de la gendarmerie a arrêté la liste des actes de résistance que les personnels pouvaient accomplir dans l'exercice de leurs fonctions.
Ils se répartissent ainsi : participation à des opérations contre l'ennemi, aide apportée aux populations persécutées, avertissement ou asile donné à des Français, alliés ou autres étrangers recherchés, aide apportée pour le franchissement de la ligne de démarcation, de frontières, évasions, propagandes diverses, aide apportée dans la constitution de dépôts d'armes clandestins, renseignements donnés aux organisations clandestines, refus de participer à des opérations dirigées contre le maquis ou de prendre place dans un dispositif allemand ou milicien, refus de renseigner les autorités allemandes et françaises.

Les données recueillies, à usage interne, encore inexploitées semble-t-il, constituent un gisement d'informations utile pour évaluer le poids de la population résistante dans la gendarmerie. Encore faut-il connaître la marge de manœuvre, c'est-à-dire des choix possibles, dont disposaient les militaires de l'Arme.

Une liberté d'action limitée

Pour un membre de la force publique chargé de veiller l'exécution des lois, la marge de manoeuvre était très faible en tout cas plus limitée que celle d'un citoyen anonyme.

La résistance ouverte aux ordres constituait une échappatoire généralement vouée à l'échec. Le 17 juin 1941, à Rennes, le chef d'escadron Guillaudot refuse d'obtempérer à une réquisition préfectorale lui enjoignant de charger la foule des manifestants qui commémoraient au cimetière de l'Est l'anniversaire du bombardement de la ville. Une punition accompagnée d'une mutation, le sanctionne pour "refus d'obéissance aux ordres du gouvernement ". Dans la légion de Normandie, fin janvier 1944, les autorités allemandes, à la suite d'un attentat, ordonnent à un commandant de section de choisir des otages dans la population. L'officie refuse. Les Allemands l'emprisonnent.

La désobéissance était le moyen le plus efficace pour éviter d'exécuter des ordres incompatibles avec le devoir patriotique ou la conscience. On ne doit pas perdre de vue que la culture d'obéissance, ancrée dans les mentalités depuis des siècles, a freiné l'entrée en résistance. Dans son article premier, le règlement du service dans l'armée exigeait une " obéissance entière et une soumission de tous les instants. Les ordres devaient être exécutés " littéralement sans hésitation ni murmure ". Ceux qui les transgressaient s'exposaient à des sanctions (mutation, punition, suspension, mise à 1 retraite d'office révocation) sans compter les mesures répressives prises par les Allemands (arrestations, déportations, traductions devant un tribunal, exécutions). L'assermentation relative à l'exécution du service spécial, à laquelle est venue s'ajouter l'obligation de prêter le serment de fidélité au chef de l'État, a renforcé cet esprit altéré de discipline . Contraints par les événements d'opter pour la résistance ou le respect du devoir de fidélité, certains, pour ne pas se détourner de leurs obligations, se sont retranchés derrière le serment qui, pensaient-ils, les liait au maréchal. Deux possibilités, les plus extrêmes, demeuraient : la démission ou la désertion. La cessation de fonction par émission se révèle difficile, sinon impossible, à partir de l'année 1943, car la gendarmerie se trouve dans l'obligation de recruter en masse de nouveaux éléments pour pallier l'insuffisance des effectifs. Pour pouvoir conserver dans ses rangs des gendarmes confirmés, la direction suspend les départs en retraite proportionnelle à partir de quinze ans de service et refuse les offres de démission.

Les sanctions sévères, aggravées par le pouvoir, qui s'appliquent à la désertion, sont dissuasives. D'où le nombre limité de défections observé jusqu'au mois de juin 1944 date à partir de laquelle leur volume s'accroît nettement.

Les résistances de l'Arme

La gendarmerie, à l'image d'ailleurs de toutes les administrations, a subi la présence de l'occupant et s'en est accommodée. Cependant, en quelques occasions, elle a pris des dispositions pour restreindre les exigences des autorités allemandes. Au prix de difficiles et souvent humiliantes discussions, le capitaine Sérignan, son représentant à la commission d'armistice de Wiesbaden, puis à Paris, auprès du commandement militaire allemand en France, parvient à éviter son démantèlement. Lorsque le général Streccius décide de dissoudre l'organisation de la gendarmerie telle qu'elle était en vigueur, d'interdire son emploi dans les villes ou villages possédant une police d'État ou une police communale, et exige que les gendarmes effectuent leur service exclusivement dans les campagnes, c'est-à-dire pratiquement un par commune, à la manière allemande, il réussit à l'infléchir Courant décembre 1940, le général Fossier, sous-directeur, cautionne secrètement le concours de la gendarmerie aux services spéciaux de Vichy qui, dans la clandestinité, jusqu'à la Libération, ne vont pas cesser d'agir contre les forces de l'Axe. Sa décision a d'heureux effets puisque pendant toute la durée de l'occupation, des gendarmes, en particulier aux frontières, apportent un soutien efficace aux réseaux d'obédience militaire. L'administration centrale diffuse en juillet 1942 des consignes aux commandants de légion pour qu'ils puissent limiter les prétentions des commissions d'armistice allemandes. Celles-ci possédaient un droit d'investigation illimité sur toutes les forces françaises. La directive contenait in fine la mention " le présent document et le mémento joint sont rigoureusement secrets, leur existence même doit demeurer ignorée des commissions ".

Quant à l'action résistante des gendarmes, elle se décline sous plusieurs formes. Il y a en premier lieu une résistance " périphérique ". Sans appartenir à un réseau, à un mouvement ou à des unités militarisées de la résistance, des officiers et des sous-officiers, au cours de l'exercice normal de leur activité professionnelle, par une démarche individuelle, se montrent bien intentionnés envers les patriotes et les personnes traquées par le régime. Leur action ne revêt pas un aspect spectaculaire. Elle se déroule dans l'ombre et le secret des consciences. Les uns se contentent de " traîner le pied ", contrairement à pas mal d'idées reçues, en observant une neutralité qui favorise l'entreprise de la résistance. Les autres lui apportent une aide active. Se laisser désarmer, fermer les yeux sur une évasion, prévenir les réprouvés juifs, communistes, étrangers, défaillants du Service du travail obligatoire (STO), renseigner les résistants, ignorer les parachutages, héberger des persécutés, ne pas faire usage des armes sont autant d'initiatives à porter à leur crédit. Grâce à leur complicité, la résistance a pu vivre, se développer et agir. Tous ces militaires font partie d'une nébuleuse difficile à cerner.

En second lieu, il y a des gendarmes qui font partie de la résistance organisée. Ils sont une poignée qui s'y engagent dès le mois d'août 1940. Des convictions patriotiques animent ces précurseurs (chefs d'escadron Vérines et Guillaudot, lieutenant Descamp, capitaine Artous, gendarmes joyeux, Courset etc.) qui n'acceptent ni la défaite, ni le diktat de l'ennemi. Au fil des mois, des facteurs circonstanciels, comme les persécutions raciales, l'instauration du STO, le cours des opérations militaires marquées par des succès décisifs des Alliés, suscitent de nouveaux ralliements.
C'est dans les Forces françaises de l'intérieur (FFI) , créées le 23 décembre 1943, que l'on en trouve le plus grand nombre. Dans la confusion, en l'absence de coordination, les départs au maquis s'échelonnent de la fin mai 1944 à la Libération. Isolément d'abord, puis par petits groupes, enfin en unités constituées, ils rejoignent la dissidence. Un certificat d'appartenance à une formation FFI atteste de l'engagement individuel des gendarmes, lorsqu'ils en font la demande.

Aucune formation de gendarmerie n'a été reconnue comme unité combattante de la résistance, faute de pouvoir réunir les conditions requises. La commission nationale a refusé l'homologation au Front national de la police et de la gendarmerie ainsi qu'au groupe Vengeance de la garde républicaine qui n'ont pas été en mesure de fournir l'historique de leur mouvement. En revanche, l'école de la garde extériorisée de la gendarmerie, en a bénéficié. On peut estimer, avec le colonel Saurel, qu'environ 12 000 gendarmes et gardes sont passés aux FFI.

La représentation des militaires de la gendarmerie dans les Forces françaises combattantes (FFC) qui s'articulent autour des réseaux et des grands mouvements nationaux semble beaucoup plus modeste. Au vu de renseignements fragmentaires, ils sont présents dans plusieurs dizaines de réseaux homologués des FFC créés pour effectuer un travail ou des actions militaires précis, obtenir des renseignements, concevoir des filières d'évasion, etc. Quelques-uns assument des responsabilités en qualité de chef de mission ou de chargé de mission. A titre indicatif, dans le réseau Cohors Asturies, Marie Granet dénombre 34 policiers et gendarmes sur un ensemble de 669 membres. Le mouvement du capitaine Cherasse rattaché aux Services spéciaux d'Alger totalise 50 agents. Sur les 131 agents du sous-réseau Vérines, branche du réseau Saint-Jacques, 18 appartiennent à la gendarmerie. Le réseau Morhange compte 4 gendarmes sur 171 agents. Dans les Vosges, le potentiel du réseau Mithridate dirigé par le gendarme Paul joyeux comprend 44 personnes dont 5 gendarmes. Le sous-réseau BO Bretagne, branche du réseau Alibi de l'Intelligence service (IS), dispose de 61 agents parmi lesquels un officier de gendarmerie. Un certificat d'appartenance aux FFC délivré à la Libération prouve le rattachement des intéressés à un réseau en qualité d'agents P0, P1 ou P2. La gendarmerie, en revanche, ne comptabilise aucun réseau autonome sur les 267 qui ont été homologués. La commission nationale a rendu un avis défavorable à la demande d'homologation du " Réseau IVe inspection de la gendarmerie " mis sur pied en juin 1943 dans la région D et le Morvan par le capitaine Charasse au motif qu'il se situait dans le cadre de l'action générale de FORA et du Service de sécurité militaire (SSM) du colonel Paillole. Le passage dans la clandestinité des gendarmes membres d'un réseau ne s'effectue généralement qu'en cas de nécessité absolue.

Au début de l'année 1944, le gendarme Paul joyeux, chef du réseau Mithridate-Vosges est menacé d'arrestation. Son commandant de compagnie, le chef d'escadron Rémy et le chef d'escadron Piqueton de la direction générale à Vichy le placent en congé de maladie. Ceci lui permet d'entrer dans la semi-clandestinité, après avoir mis sa famille à l'abri.

On ne saurait passer sous silence, car il est pratiquement ignoré, le rôle joué par deux officiers subalternes investis d'une mission délicate au cœur même de la gendarmerie. Le premier, le capitaine Artous, successivement en poste à Marseille et à Paris, entre en décembre 1942 au réseau Super-Nap chargé du noyautage des administrations centrales. Le créateur et chef de cette organisation, Maurice Nègre, lui assigne deux missions. D'une part, préparer dans la gendarmerie l'action militaire à déclencher le jour du débarquement, de l'autre, organiser un réseau de renseignements à exploitation immédiate . A la suite des contacts pris à la Direction générale de la garde (DGG) avec le lieutenant-colonel Robelin, sous-directeur technique, et de plusieurs officiers de son état-major, il reçoit l'assurance que les escadrons de la garde seront mis, le moment venu, à la disposition de la Résistance. Par ses relations avec le personnel de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), il obtient et communique au Super-Nap les renseignements quotidiens reçus par le bureau technique relatifs aux attentats, sabotages, arrestations, prévisions d'opérations, etc., ainsi que les rapports mensuels sur l'état d'esprit des populations adressés au gouvernement. En mai 1943, après sa mutation à la garde de Paris, il obtient le concours d'une cinquantaine d'officiers et de sous-officiers de la garde et de la gendarmerie de l'lle-de-France, en vue de son action au jour " J ". En quelques mois, il met sur pied une organisation coiffant l'ensemble des forces de gendarmerie de la capitale qui devaient être employées en unités constituées, selon les directives du futur préfet de police, Monsieur Luizet, avec lequel il était en poste à Tanger en 1940. Son arrestation, le 2 juin 1944, suivie de sa déportation à Buchenwald, mettent un terme à son entreprise.

Le second officier, le capitaine Demettre, est en poste en Algérie à la 19e légion de gendarmerie départementale. En 1943, il se porte volontaire pour accomplir en France occupée une mission secrète placée sous l'égide des services spéciaux d'Alger et du commandement de la gendarmerie d'Afrique. Une double tâche lui incombe. La première, au profit du SSM précurseur, consiste à mettre en rapport sur le territoire métropolitain le maximum d'officiers de gendarmerie avec les chefs locaux de cette organisation placée sous l'autorité du lieutenant-colonel Navarre. La seconde, pour le compte du commandement de la gendarmerie d'Afrique, a pour objet d'orienter l'action des officiers lorsque débuteront les opérations de libération. Parti d'Alger le 5 novembre 1943 à bord du sousmarin Protée, le capitaine arrive à Barcelone le 6. Il franchit les Pyrénées par l'une des filières des services spéciaux dont la brigade de Saillagouse - avec le chef Botet - constituait un des principaux maillons. Après son arrivée à Perpignan, le 12, il effectue un véritable tour de France au cours duquel il prend des contacts avec des chefs de la Résistance ainsi qu'avec une cinquantaine d'officiers placés aux échelons de la direction, des arrondissements d'inspection, des légions et des compagnies. La plupart acceptent d'apporter leur concours au service de sécurité militaire clandestin. Les intelligences qu'il a notamment à la direction avec le capitaine M..., du bureau du personnel, et le chef d'escadron A..., du bureau technique, lui permettent de collecter des informations de première main qui seront de la plus grande utilité lorsqu'il s'agira, à la Libération, de réorganiser immédiatement le commandement des forces de gendarmerie de la métropole. Le chargé de mission d'Alger rentre le 1er avril en AFN, par l'Espagne.

La construction d'une résistance autonome dans la gendarmerie s'est révélée impossible. Plusieurs facteurs l'expliquent : la dispersion des unités, le loyalisme du haut commandement, l'existence de courants d'idées opposés, l'étroite surveillance exercée par l'occupant, un manque de coordination entre les organisations de résistance pour définir l'action à conduire et enfin la rupture des liaisons avec les représentants de la France libre consécutive à des arrestations. Sans appartenir à la résistance organisée, beaucoup de gendarmes ont apporté discrètement leur contribution à la cause de la Libération comme en font foi le bilan établi en 1945 et les témoignages qui s'accumulent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Leur comportement est d'autant plus méritoire que tout acte de résistance, même le plus modeste, accompli par un représentant de la loi, entraînait une prise de risque considérable.

Aucun chiffrage officiel des personnels de l'Arme engagés dans la Résistance organisée n'existe. On ne connaît pas le nombre des combattants volontaires de la Résistance. On ne sait pas davantage combien sont titulaires d'un certificat d'appartenance aux FFI ou aux FFC. Seul l'accès aux fichiers détenus par les offices départementaux des Anciens combattants et du ministère de la Défense en permettrait une approche. En tout état de cause, ils ne sont qu'une minorité par rapport à l'effectif de la gendarmerie qui s'élève en juin 1944 à environ 45 000 hommes, dont 1200 officiers. Les pertes subies, consécutives à leur engagement, constituent la seule partie visible de leur action. Elles représentent 3,55 de l'effectif, pourcentage supérieur à celui de bon nombre d'administrations et de services de l'État français. Les distinctions décernées par la République à ses serviteurs, en témoignage de reconnaissance, nous renseignent également sur la qualité de leur engagement : 4 croix de la Libération, 360 médailles de la Résistance, 351 nominations ou promotions dans l'ordre de la Légion d'honneur, 1 440 médailles militaires, 600 citations. Enfin, sur le millier de médailles des justes des Nations attribuées à des Français par l'État d'Israël, on dénombre sept militaires de la gendarmerie.

Claude CAZALS
Revue de la gendarmerie nationale, hors série nunéro 3, 2002

Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG